Forum du Victory Riders France Hérault
Forum VICTORY Motorcycles & association VRA France
Forum VICTORY du LANGUEDOC ce forum est un endroit de convivialité , la première règle est de vous présenter dans le post réservé aux nouveaux membres ....après présentation vous aurez accès au forums de discussions.
La bienvenue à toutes et tous .

Forum du Victory Riders France Hérault

Forum des passionnés de motos Victory
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  INDIAN Forum associé  ConnexionConnexion  

VICTORY la légende US qui vous change la vie !!!

LA BIENVENUE SUR LE FORUM VICTORY RIDERS FRANCE HERAULT


Partagez | 
 

 COMPARATIF BAGGER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Panpan17

avatar

Capricorne Messages : 252
Date de naissance : 17/01/1959
Date d'inscription : 21/06/2013
Age : 58
Localisation : royan 17
Emploi/loisirs : Directeur VillageVacances ! moto, informatique, peche et le reste!

MessageSujet: COMPARATIF BAGGER   Ven 21 Juin - 16:43

COMPARATIF
 
Aujourd'hui, il est tout à fait possible de concilier un esprit custom avec de réelles aptitudes routières et des aspects pratiques, sans forcément tomber dans la surenchère des touring patentées. La solution ? La famille grandissante des baggers, qui ces derniers temps nous proposent de très belles machines, alliant une allure pure et stylée à de vraies capacités de chargement et de confort sur les longues étapes.
 Voici donc l'occasion rêvée de confronter les dernières représentantes du genre, avec comme valeur étalon, la Harley-Davidson Street Glide, et dans le rôle des prétendantes la nouvelle Victory Cross Country - sa concurrente frontale et américaine de surcroît -, ainsi que les toutes dernières Honda F6B - déclinaison bagger de la Gold Wing 1800 - et Moto Guzzi California Touring, cette dernière oscillant entre custom et routière néo rétro.
 Bref, du beau, du lourd et du cher : comptez pas moins de 12 cylindres, 6 633 cm3, 1 478,4 kg et 86 920 Euros pour le tout ! Avouez qu'on aurait pu choisir pire pour se balader... par ce pourri mois de mai. Mais entrons dans le vif du sujet sous la poussée virile de nos baggers 2013.


Harley-Davidson FLHX Street Glide : Ze bagger

Incontestablement, la Harley-Davidson FLHX Street Glide est l'initiatrice de cette famille de motos (relire notre essai de la première du genre, la 1450 Street Glide. De fait, elle assume complètement son style un rien old school ou volontairement figé depuis des années via son carénage dit "Batwing". Face à nos autres motos du jour, c'est paradoxalement elle qui passe le plus inaperçue, plus "svelte" d'apparence et avec les proportions les plus contenues de notre quatuor du jour. Pourtant, dès qu'on la déplace, on mesure ô combien la Motor Company apprécie l'acier... Sur notre balance, la Street Glide ne rend que 9,4 kilos à la Honda 1800 F6B à moteur six cylindres ! Ainsi, manoeuvrer la Street Glide et ses 376 kg demande une poigne certaine, le prix à payer pour bénéficier de tous ces rutilants chrome une fois à l'arrêt.
 Devenue presque anodine par ses lignes qui ont largement fait école, la Harley-Davidson Street Glide ne l'est plus dès le démarrage de son sculptural moteur : Arnaud, notre rédacteur tout terrain venu en renfort et qui vivait à cette occasion son "dépucelage" en matière de gros custom n'a pu s'empêcher d'apprécier ce démarrage si caractéristique : tremblement des ailettes du moteur monté souple, vibrations palpables, sonorité du démarreur ou des échappements (Harley-Davidson cherche à la déposer pour éviter les copies trop conformes !)... Le folklore Harley reste une valeur sûre, aucune concurrente du jour ne pouvant offrir un tel coktail sensoriel.
 Pour autant, la prise en mains de la Street Glide n'est pas la plus complexe du lot. Certes, à moins de 30 km/h elle reste moins facile que la Honda ou la Moto Guzzi, mais Pierre, notre motard dandy et non moins amateur de motos anciennes, ainsi que votre serviteur avons pu apprécier un équilibre facile à trouver dès que l'on efface le poids de la plus archaïque des partie-cycle de notre comparatif bagger 2013 sur un filet de gaz. Portée par le couple de son gros V-Twin 1690 cm3, l'Américiane devient facile dans la... street, révélant une agilité bienvenue. Reste à s'accommoder d'une commande d'embrayage faite pour les hommes (idem Victory), de la boîte de vitesses la plus sonore et rustique du lot.

On préfère la sono du moteur à la radio
A peine nous retrouvons-nous sur la route que le mode d'emploi de la Street Glide se révèle : rapidement passer les vitesses jusqu'au sixième rapport vers 80 km/h et se régaler ensuite de l'élasticité du Twin Cam 103. Plus que toutes les autres, la Street Glide se vit entre 80 km/h et 120 km/h, une plage de régime où elle n'est pas ridicule en reprises face aux autres et se montre la plus vivante (et vibrante) de notre comparatif. Très vite, les relances ont quelque chose d'addictif sur le Street Glide, le "gros plus" de la bête puisque disponible pile poil à des allures usuelles. On en aurait presque envie de ne pas enclencher l'efficace régulateur de vitesse bien réalisé ou allumer la radio (honnête jusqu'à 100 km/h). Côté confort, le bilan est satisfaisant, mais la Street Glide souffre tôt ou tard de la comparaison avec les autres motos de notre dossier : elle protège moins que la Victory, le duo est moins agréable que sur la Moto Guzzi, elle filtre nettement moins les irrégularités que la Honda... Bref, tailler la route en Street Glide n'est pas une punition, loin de là, mais dans un confort juste un peu en retrait de ses concurrentes du jour.
 Côté "performances" moteur et châssis, même constat. La Street Glide est notamment celle qui perd le plus de rigueur au fur et à mesure que l'on force le rythme dans les virages ou que la vitesse s'élève sur autoroute. La tenue de cap devient plus floue dès 120 km/h alors que la Victory reste imperturbable jusqu'à plus de 150 km/h. La sécurité n'en est pas moins prise en compte à bord, puisque l'ABS est livré de série, même si comme avec la Victory, il vaut mieux freiner des deux roues simultanément pour bénéficier des meilleurs ralentissements en Street Glide.

Bilan Harley-Davidson FLHX Street Glide : Un mythe, ça se mérite
Vendue 23 590 € (au 04/06/13), la Harley-Davidson Street Glide fait payer toujours aussi cher son rang de mythe roulant, même si sa dotation d'équipement utile est complète et sa revente quasi assurée. A équipement presque égal et prestations routières supérieures, la Victory Cross Country nécessite 3 600 € de moins, alors que la Street Glide coûte le même prix que la Honda F6B, dotée elle d'un moteur 6-cylindres et d'une techno globale plus moderne. Reste que l'image Harley-Davidson est imparable, la Street Glide proposant par ailleurs une "ambiance" mécanique inimitable, beaucoup de sensations aux allures courantes et un confort réel sans sacrifier au look.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Honda F6B : La Goldwing version cabriolet

Découverte à Milan fin 2012, la Honda F6B s'apparente à la version bagger de la GL1800. L'idée a priori incongrue de proposer une Gold Wing en version cabriolet est apparue finalement pertinente à Manu lors de son premier test de la F6B. Certes, esthétiquement, notamment sur les vues de profil, la reine des grosses routières japonaises semble avoir été sauvagement "tronçonnée" au niveau de la bulle ! Néanmoins, Honda n'en a pas sacrifié l'ergonomie pour autant puisque la F6B se montre la plus accueillante de notre dossier. Assise ultra basse, selle méga confortable, position centrale des repose-pieds (que nous cherchions tous dès que nous retournions sur la F6B), l'ergonomie du vaisseau amiral nippon facilite autant sa prise en mains que son moteur.
 Le six-cylindres à plat de 1832 cm3 retouché côté allumage/injection sur cette F6B, présente une souplesse extraordinaire et un comportement aussi velouté qu'une soupe au potiron. En outre, sa disposition dans le cadre abaisse considérablement le centre de gravité de la moto. Résultat, la F6B a beau être la plus lourde du lot avec 385,4 kilos tous pleins faits vérifiés, c'est finalement la plus facile à basse vitesse ! En ville, entre sa position de conduite, l'aspect volumineux de sa carrosserie et son moteur qui épargne les changements de vitesse, on se croirait à bord d'un maxi scooter de 1,8 litre de cylindrée ! De "motomobile", la Honda cultive la largeur et la forme de ses rétroviseurs, la puissance du klaxon (à égalité avec la Harley-Davidson, les autres klaxonnent comme des 125 cm3) ou ses jeux de transmission qu'elle partage avec la Moto Guzzi. Les deux Américaines de notre dossier, dotées de courroies, souffrent moins sur ce dernier point.

Balade, attaque, la F6B possède deux visages
A l'évidence, la Honda F6B constitue la moto la plus performante de notre "chapter" multi marque. Ses reprises sont les plus musclées, ses accélérations les plus toniques. On n'en attendait pas moins d'un gros six-cylindres, même si ce moteur propose surtout un agrément hors pair. Souple, il peut descendre à 50 km/h sur le 5ème et dernier rapport et repartir dans un souffle. Les autres bicylindres, que ce soit en 5ème ou 6ème, n'apprécient guère de descendre si bas. En outre, la F6B allonge au moins autant que la Moto Guzzi, avec à la clé la plage de régime utile la plus vaste de notre quatuor du jour. Du coup, entre flânerie et conduite musclée, ce moteur ne mérite que des éloges et justifie ses notes maximales.
Et que dire de sa partie cycle en aluminium ? La F6B offre le comportement le plus précis de notre dossier : rigueur en courbe, tenue de cap impeccable quelle que soit la vitesse, freinage ABS combiné redoutable d'agrément en prime. Que des qualités la F6B alors ? Non, outre une protection limitée pour la tête bien sûr, elle génère les remous les plus importants de notre comparatif, ou presque. Notons aussi une manipulation des commandes qui commence à dater par rapport aux nouvelles GT plus fonctionnelles sur ce point.

Honda F6B : Déclinaison ultime pour la GL1800
Avec la F6B, vous achetez une Goldwing déguisée en bagger et allégée de 22 kilos. Pleine de charme et d'agrément, la mécanique à six cylindres vaut à elle seule le détour. Mais la F6B possède aussi une vraie capacité de chargement avec des malles arrière très logeables et un accueil passager presque aussi royal que sur la Moto Guzzi. Sa polyvalence d'utilisation entre ville, route, balade, sport, est assez bluffante et inégalée face aux autres. Vient enfin le prix de vente : 23 990 €, soit 5 600 € de moins que la GL 1800, mais sans régulateur de vitesse et marche arrière, soit des lacunes d'équipement qui semblent injustifiées à ce prix, surtout comparés aux autres protagonistes présentées ici.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Moto Guzzi California Touring : Alternative néo rétro

Pourquoi avons-nous intégré ici la Moto Guzzi California Touring ? Tout simplement parce qu'en terme d'usage, elle propose sensiblement le même programme que nos baggers du jour. Plus typée que la première génération de California, le modèle 2013 est à mi-chemin entre le custom pur et la routière vintage. Posée sur sa béquille latérale, elle en jette autant, si ce n'est plus, que les autres. Avec ses pièces joliment travaillées, la Moto Guzzi California Touring se montre la plus élégante de notre comparatif. On découvre à son bord une ergonomie qui rappelle là encore les anciennes California, en plus bas et volumineux. La mise en route du bicylindre ouvert à 90° face à la route montre un parallèle avec la Harley-Davidson : toute la moto tremble dès que les pistons s'animent ! Les coups de gaz laissent apparaître un couple de renversement encore présent et des good vibrations qui s'atténuent dès les premiers km/h grâce au montage élastocinématique du moteur dans le cadre. Il y a bel et bien du custom dans cette Moto Guzzi !

En mode Veloce, la Moto Guzzi décoiffe
Côté prise en mains, la Moto Guzzi profite de commandes assez douces et d'un dosage très aisé de son accélérateur électronique (ride by wire). Système qui a permis l'intégration de trois cartographies moteur (véloce, touring, pluie), d'un antipatinage et du régulateur de vitesse électronique. Il y a de la techno dans ce bagger néo rétro ! A tel point qu'en mode Veloce, la California 1400 Touring bouscule la F6B en performance et oublie les deux autres grâce à son allonge supérieure... Malgré ses seulement 1 380 cm3, l'Italienne ne démérite donc pas question sensation : sonorité atypique, frein moteur efficace sont ici livrés en série ! Quel dommage alors que la réserve clignote toujours sur la Moto Guzzi en premier. Entre sa consommation toujours supérieure et son réservoir plus petit (20,5 litres), elle présente la moins bonne autonomie.
 Sa partie cycle n'est pas en reste, plus rigoureuse et précise que la Harley-Davidson, plus agile que la Victory, mais encore en retrait de la plus rigoureuse Honda F6B. Tailler la route en Moto Guzzi California Touring comporte donc bien son lot d'avantages, comme une protection supérieure grâce au pare brise qui permet "d'en griller une" à 90 km/h. Le confort de selle et de suspensions se montre à la hauteur et le passager ne saura pas départager la Moto Guzzi de la Honda.

Moto Guzzi California Touring : Elle fera date !
Pas tout à fait bagger côté look (mais pas loin), la Moto Guzzi California Touring propose pourtant une philosophie d'usage très proche. Sa polyvalence est réelle et pas très éloignée de celle offerte par la Honda. En ville (mais attention aux valises !) et sur route, en duo, voire en arsouille passagère, elle s'accomode avec talent et style d'une utilisation large pour un prix finalement bien placé dans notre comparatif : 18 750 €, offre de reprise de 600 € déduite, avec un équipement complet et une technologie poussée (cartographies, antipatinage). A n'en pas douter, une alternative plus que crédible pour qui veut associer look custom et vraies capacités routières.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Victory Cross Country : L'autre bagger américain

A la découverte de la Victory Cross Country, nous sommes presque restés sans voix. Cette ligne, cette couleur, ce carénage façon USS Enterprise n'ont réellement rien d'anodin. Comme le dit Bertrand, notre photographe : "Avec la Victory, on se fait brancher sévère au feu rouge." La Cross Country est indéniablement l'OVNI de notre dossier, avec des détails très personnels : feu arrière style gothique, phare tout aussi anguleux, marchepieds immenses (sans sélecteur double branche), fourche inversée, cadre alu, bicylindre ouvert à 50° (contre 45° pour Harley-Davidson) particulièrement pourvu en ailettes et un équipement très complet.
 L'étonnement continue dès que l'on prend les commandes. La forme étrange du guidon, avec ses branches très en arrière et ses poignées quasi perpendiculaires, ne facilite pas les manoeuvres et demi-tours à basse vitesse (petits bras, s'abstenir) alors que la Cross Country possède la selle la plus basse du lot (667 mm). En outre, on se sent très loin de l'axe de la roue avant et c'est déroutant au début. Attention aussi à la béquille latérale, qui si elle ne nécessite pas de tendre la jambe au point de se déchirer l'adducteur comme sur la Harley- Davidson, n'en possède pas moins la fameuse butée sécurisée de celle-ci... J'en serai quitte pour la répandre gentiment en appui sur son imposant pare cylindre.

La Victory est aussi à l'aise sur autoroute que dans les cols
Le V-Twin se montre sans aucun doute moins exhubérant que ses concurrents. C'est le moins sonore de la bande, le moins "vibrant" aussi, si on met de côté l'exceptionnel agrément du 6-cylindres Honda. La boîte de vitesses est également très sonore au passage de la première, la commande d'embrayage assez virile. Malgré tout, dès que la route s'ouvre, on découvre une moto très efficace. La partie cycle se montre étonnante de précision, avec une tenue de cap à faire pâlir d'envie tous les tourers Harley. La Cross Country ne se désunit pas, se place aisément en virage, d'autant que sa garde au sol autorise de jolis angles. Le freinage, également secondé par l'ABS, est suffisant si l'on assoit la moto au préalable via le frein arrière.
 Comme les Moto Guzzi et Honda, la Victory accepte volontiers de flâner ou rouler plus sportivement. Pour ce faire, ses suspensions gomment facilement les petites inégalités et sa protection surclasse ses deux concurrentes "tronquées" du jour, F6B et Street Glide, cette dernière ayant clairement servie de "target" pour Victory. De fait, la Cross Country est particulièrement confortable pour le pilote.
 Côté mécanique, le 1700 Victory est sans doute le plus déconcertant de notre comparatif. Parce que derrière sa discrétion de façade, se cache la plus grosse valeur de couple de la bande... Du coup, la Cross Country apparaît le plus sportif du lot, s'arrachant dés bas régimes avec vivacité malgré des sensations sans doute trompées par un comportement lisse (pour un gros bi, s'entend). Néanmoins, les amateurs du genre auraient tort de se priver du kit stage 1 (tout aussi courant sur les HD) pour découvrir un moteur bien plus vivant, qui gronde copieusement en bas et devient alors plus charismatique.

Victory Cross Country : Attention au petit Poucet
Victory n'est plus le petit Poucet américain. La marque, détenue par le groupe Polaris (également propriétaire d'Indian) conçoit ses motos avec soin, réactivité au niveau qualité et SAV, et propose des prestations tout à fait concurrentielles sur le plan dynamique. La Cross Country en est l'illustration, et sur bien des points domine son inspiratrice Street Glide. Plus confortable, plus précise, plus performante, plus logeable pour les voyages en duo, elle propose un rapport prix / prestation tout aussi judicieux à 19 990 €. Un constructeur et une moto à découvrir, incontestablement.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Street Glide vs Honda F6B vs California Touring vs Victory Cross Country : A retenir

Le custom, c'est souvent une histoire de moteur, et ici, nous avons une belle variété mécanique : Trois bicylindres refroidis par air, deux dans le sens de route, un en face, et un six cylindres à plat refroidi par eau... Des cylindrées et architectures typées, qui conduisent à des comportements évidemment très distincts. Voyez plutôt sur ces courbes de puissance et de couple.


Partagent une architecture et une cylindrée proches (V-Twin dans le sens de la route, refroidis par air, 1700 cm3), les moteurs des Harley-Davidson et Victory dévoilent des courbes relativement similaires dans leurs formes (mais une allonge supérieure pour la HD). La Victory domine la Harley-Davidson sur l'intégralité des plages correspondantes, que ce soit en terme de puissance (avec 10 ch de mieux) ou de couple (2 mkg de plus), mais peine à l'illustrer en sensations sur la route, face à une Street Glide plus vivante (sonorité typique, vibrations marquées, accélération moins linéaire).
 La Moto Guzzi California montre une courbe intéressante : malgré son refroidissement par air par air, elle délivre une puissance et un couple réguliers, sans "accident" particulier, gage de disponibilité maximale. Elle le confirme sur route par une allonge plus importante que sur les deux customs américains, alors que son déficit de couple (5 mkg de moins que la Honda !) se montre finalement assez peu préjudiciable, moins en tout cas que son manque de souplesse à bas régime et ses à-coups de transmission.
 Enfin, la Honda F6B tire profit de son atypique six-cylindres boxer et de sa cylindrée supérieure pour afficher un couple et une puissance élevés sur une large plage. Il n'y a guère que la surprenante Moto Guzzi pour lui en remontrer en matière d'allonge, même si c'est bien à bord de la F6B que l'on tend plus naturellement à tirer les rapports, dans un sifflement marqué de distribution. Unique !
Puissance et couple relevés au vilebrequin (norme CE95/1)
Harley-Davidson Strret Glide (courbes rouges) : 88,8 ch à 5092 tr/min, 15,1 mkg à 3382 tr/min
Honda F6B (courbes jaunes) : 115,8 ch à 5214 tr/min, 17,2 mkg à 4135 tr/min
Moto Guzzi California (courbes vertes) : 102 ch à 6567 tr/min, 12,6 mkg à 5208 tr/min
Victory Cross Country (courbes bleues) : 99,3 ch à 4833 tr/min, 17,4 mkg à 2709 tr/min
Puissance et couple restitués à la roue
Harley-Davidson Strret Glide (courbes rouges) : 81,3 ch à 5092 tr/min, 13,8 mkg à 3382 tr/min
Honda F6B (courbes jaunes) : 104,7 ch à 5214 tr/min, 15,6 mkg à 4135 tr/min
Moto Guzzi California (courbes vertes) : 94,1 ch à 6567 tr/min, 11,6 mkg à 5208 tr/min
Victory Cross Country (courbes bleues) : 89 ch à 4833 tr/min, 15,6 mkg à 2709 tr/min
Vitesse et régimes lus sur le compteur, étalonnage compteur
Harley-Davidson Street Glide :
 130 km/h, 125 km/h réels, 3 200 tr/min
 90 km/h, 87 km/h réels, 2 000 tr/min
Honda F6B :
 130 km/h, 124 km/h réels, 3 500 tr/min
 90 km/h, 86 km/h réels, 2 500 tr/min
Moto Guzzi California Touring :
 130 km/h, 126 km/h réels, 4 000 tr/min
 90 km/h, 88 km/h réels, 2 800 tr/min
Victory Cross Country
 130 km/h, 128 km/h réels, 3 000 tr/min
 90 km/h, 89 km/h réels, 2 100 tr/min
Toutes ces motos tournent à des régimes souvent très bas en usage courant. C'est le propre des gros moteurs peu poussés de la famille custom. La Moto Guzzi California 1400 Touring montre des régimes légèrement supérieurs en raison de sa cylindrée plus faible, mais elle est aussi la seule capable de plus de 7 000 tr/min en régime maxi.
 Le 6 cylindres à plat tourne un peu plus vite que les V-twins made in USA, mais sa régularité incroyable lui apporte un agrément hors norme à toutes les allures. Accessoirement, on ne doute pas de sa capacité à descendre à moins de 60 km/h et repartir dans un souffle sur le dernier rapport.
 Chose impossible sur les deux gros twins américains qui acceptent tout juste de redescendre à 80 km/h en sixième. Victory et Harley-Davidson montrent des régimes de rotation voisins aux mêmes vitesses, preuve aussi d'une démultplication finale très proche (6ème de type overdrive).

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Harley-Davidson Street Glide vs Honda F6B vs Moto Guzzi California Touring vs Victory Cross Country : Nos avis subjectifs

Pierre : Collaborateur régulier des Stations
Mon classement : 1 - Harley-Davidson, 2 - Moto Guzzi , 3 - Honda, 4 - Victory
La Harley-Davidson Street Glide, c'est le confort et les bonnes vibrations, un moteur expressif, un bel objet et une icône qui ne vieillira pas, des aptitudes de routière au long court, un bruit très étudié. La moto la plus rock'n'roll de la bande.
 La Moto Guzzi California 1400, c'est le confort mécanique, un moteur très vivant, une ligne soignée, comme le bon vin se bonifiera avec le temps, une moto qui se conduit à l'oreille, ses petits défauts sont ses grandes qualités, un rouleau compresseur de la route.
 La Honda F6B, c'est le confort feutré, un moteur électrique et puncheur, des aptitudes sportive appréciables, avec un comportement de gros scooter. Une vraie limousine sur deux roues, une machine très sécurisante
 Et enfin, la Victory c'est un confort lissé, un moteur sans saveur, une ligne futuriste qui ose, une machine qui ne remonte que peu d'informations à son pilote, un design remarqué et travaillé. La moins caractérielle de toutes, mais la plus facile à prendre en main.
Bertrand, photographe des comparatifs Moto-Station
Mon classement : 1 - Moto Guzzi, 2 - Honda et Harley-Davidson, 3 - Victory
La Moto Guzzi m'avait tapé dans l'oeil cet hiver face à la Harley Road King et c'est tout naturellement qu'elle retient mon suffrage dans ce comparo. Pourtant confrontée à une rude concurrence. C'est à mes yeux celle qui fait le mieux la synthèse entre passé et modernité : Une ligne superbe, très travaillée, une partie cycle saine, un poids raisonnable et ce twin transversal qui lui donne tout son caractère. Enfin, son freinage est au niveau lui aussi et l'assistance électronique amène un soupçon de modernité.
 En 2ème position à égalité, la Harley et la Honda : Toutes deux proposent des moteurs d'exception, le twin longitudinal a pour lui ce caractère si typique, et le 6-cylindres Honda cette velouté et cette souplesse légendaire. Quel pied d'enrouler à son guidon ! En revanche, je n'ai pas aimé le traitement de la face avant de la F6B ni la partie cycle de la Harley, trop dépassée à mon goût. Pour la Honda, à son crédit un freinage au top qui sécurise tout de même le bestiau, ce qui n'est pas le cas de la Street Glide.
 Dernière de cet essai la Victory. Autant je trouve très réussie la partie arrière avec ce côté streamline et art déco, autant je coince franchement sur la face avant. En revanche, ce coloris lui va bien et elle sera très remarquée lors de ce roulage. Son ergonomie m'a surpris avec un guidon qui vous éloigne du train avant et un moteur qui manque de gnac, surtout par rapport à ses concurrentes. C'est tout de même une belle machine et son prix bien placé en fait une américaine accessible.
Christophe : Essayeur route des Stations
Mon classement : 1 - Honda, 2 - Harley-Davidson, 3 - Victory et Moto Guzzi
Je retiens en premier la Honda F6B, en marge de ce comparatif avec son moteur six cylindres qui boxe dans une autre catégorie. Pour un peu, elle aurait dû être classée à part, mais bon : c'est un bagger après tout. Son moteur, toujours aussi remarquable, incroyable d'élasticité, de couple, de puissance, mérite totalement la première place à mes yeux. Certes, on n'a plus vraiment l'impression de piloter une moto, mais le pouvoir de séduction du 6-cylindres, pourtant plus tout jeune, reste incroyable. Bref, la F6B est première à mes yeux, même si la note me paraît trop salée.
 En second, je place la Harley-Davidson, pour "une" raison principale : l'agrément et les sensations aux allures courantes, cela fait toute la différence à mes yeux. Plus besoin de rouler vite, entre 80 et 120 km/h on en prend plein les oreilles, les bras, tous les sens en éveil, c'est top. Avec elle, je peux prendre l'autoroute sans avoir peur des nouvelles Renault Megane équipées de radars mobiles-mobiles...
 Les deux autres terminent ex-aequo : de très bonnes motos, pourvues de nombreuses qualités, mais pour lesquelles j'ai moins le coup de coeur.
Manu : Editeur des Stations
Mon classement : 1 - Honda, 2 - Moto Guzzi, 3 - Victory et Harley-Davidson
Certes, après 2 journées de la vraie vie passées au guidon de ces chars d'assaut à deux roues, on ne pourrait retenir que les manoeuvres éreintantes pour les séances photos statiques ou dynamiques, les demi-tours périlleux sur les routes de campagne. Opter pour un bagger, c'est déjà signer pour une nécessaire remise en forme quotidienne... et un miracle derrière chaque accélération. Car quand elles commencent justement à rouler, leur plus grande qualité, à mes yeux, est de faire oublier leur poids comme par magie pour vous dorloter dans un luxe presque indécent. Et à ce petit jeu, la F6B me semble ici au-dessus du lot. Aussi bien par la majesté de son 6-cylindres que par ses qualités dynamiques globales insoupçonnables lorsque l'on connait le gabarit de l'engin. C'est ma favorite... les jours de petite forme, car en pleine force de l'âge, la Guzzi, moins évidente à piloter, me plait surtout par son formidable mixe d'authenticité - cette ligne magnifiquement rajeunie, son fameux V Twin face à la route - et de techno. Elle a beau surfer sur la tendance vintage, la California n'en reste pas moins une moto de 2013, offrant un comportement polyvalent et diverses coquetteries électroniques autant qu'une architecture générale aussi sérieuse "qu'up to date". A "20 kilos euros", comme on dit, on en a pour son argent. Plus il me semble qu'avec la Street Glide qui fait payer bien cher son célèbre écusson, eu égard à ses trop maigres évolutions. En effet, rien ne ressemble plus à une Street Glide 2013 qu'une Street Glide 2006... et c'est dommage. Enfin, je n'accroche pas beaucoup plus à la plastique très spéciale de la Victory, malgré des prestations dynamiques évidentes. Mais il est vrai que je ne suis pas un biker dans l'âme, ceci expliquant cela ;)
Arnaud, essayeur tout terrain des Stations
Mon classement : 1 - Honda, 2 - Harley-Davidson, 3 - Victory, 4 - Moto Guzzi
Bien loin des motos tout terrain et de la boue, me voici aujourd'hui en mode chasseur de cougar au guidon de motos bling bling de près de 400 kg ! Une première pour moi que de piloter (ou manoeuvrer, tout dépend des circonstances...) de telles motos, mais à l'heure du choix, un classement très clair s'impose.
 La Honda F6B, malgré son gabarit, est selon moi la plus naturelle à prendre en main. Tout me semble à sa place dès qu'on monte sur la selle, surtout au niveau des pieds avec des commandes qui se trouvent naturellement. C'est pour moi un avantage majeur face aux "plateformes" des concurrentes sur lesquelles on ne sait pas quoi faire de ses pieds, sans parler du double sélecteur de vitesse, gênant de mon point de vue. Et s'il faut attraper le frein arrière en urgence, il me semble important d'avoir le plus vite possible le frein arrière sous le pied... L'équilibre de la moto est bon et puis cela va de pair avec un moteur rond et très performant à la fois, très agréable à prendre en main.
 Vient ensuite la Harley Davidson, une moto également bien équilibrée et qui reste donc assez maniable compte tenu de son envergure. Son comportement moteur est agréable, permettant de cruiser à très bas régime et d'accélérer avec une certaine force. Et puis ce bruit, c'est quand même pas rien ! En revanche niveau confort, la HD ne fait pas le poids face à la Honda.
 La Victory complète mon podium, mais ce n'est pas pour son look et sa longueur de paquebot ! Et si elle se montre plus agile qu'elle ne paraît, ce n'est quand même pas extraordinairement extraordinaire... L'ergonomie de cette moto est sans doute la moins naturelle pour moi, avec un guidon très décalé par rapport à la fourche, des pieds très en avant et une pédale de frein arrière qui me donne l'impression de remonter au dessus du genou, j'ai du mal ! Son moulin est loin d'être désagréable, c'est très linéaire et assez costaud, mais le bruit de cette moto ne fait pas rêver. Les sensations sont un peu aseptisées avec la Victory.
 Enfin, la Moto Guzzi... A vitesse lente, la direction "tombe" vers l'intérieur, la moto me donne l'impression de pouvoir aller soit tout droit, soit de braquer jusqu'à la butée, mais entre les deux, c'est le vide ! Cela se ressent évidemment beaucoup moins lorsque la voie est dégagée et qu'on prend un peu plus de rythme. Quant au moteur, il faut sans doute un certain mode d'emploi que je n'ai pas vraiment trouvé. Bien qu'elle ait de la force à bas régime, le comportement du moulin n'invite en aucun cas à rouler sur cette plage de régime. Lorsqu'on remet du gaz, la moto part sur la droite, sur la gauche, il faut être attentif en permanence, surtout dans la circulation parisienne par exemple... Et puis, quitte à exploser son porte-monnaie pour une telle moto, autant se payer le luxe d'écouter la radio (absente ici), non ?
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Poids tous pleins faits vérifiés
Harley-Davidson Street Glide : 376 kg (171 kg AV, 205 kg AR), 355 kg à sec annoncés
Honda F6B : 385,4 kg (178,4 kg AV, 207 kg AR), 384 kg annoncés
Moto Guzzi California Touring : 345,4 kg (159,2 kg AV, 186,2 kg AR), 337 kg annoncés
Victory Cross Country : 371,6 kg (175,8 kg AV, 195,8 kg AR), 347 kg à sec annoncés
Bien que la palme du "poids tous pleins faits vérifié" revienne sans surprise à la Honda F6B et son imposant Boxer 6-cylindres, elle n'est finalement pas si éloignée sur la balance de motos pourtant plus basiques, plus lourde de seulement 10 kg que la Street Glide par exemple.
 Les deux Américaines se tiennent d'ailleurs à 5 kg près, la Victory Cross Country bénéficiant d'une conception plus moderne (cadre monopoutre en aluminium). Reconnaissons d'ailleurs que Harley-Davidson ne cherche pas spécialement à alléger ses motos, à en voir le gabarit de certaines pièces techniques ou d'habillage.
 Enfin, la Moto Guzzi California Touring s'annonce comme le poids plume de notre dossier, mais avec 345,4 kg tous pleins faits, elle reste aussi physique à manoeuvrer que les autres sans l'aide du moteur...
Protection comparée
Ici, nous observons de vrais écarts, directement liés à la conception de chaque modèle. La Honda F6B, sorte de Goldwing cabriolet, présente une excellente protection du bas du corps (la meilleure), voire du thorax et des mains grâce à son habillage et ses rétroviseurs façon automobile, mais le casque est copieusement arrosé et les turbulences sont les plus marquées de notre dossier.
 La Moto Guzzi Califronia Touring dispose d'un large et haut pare-brise qui permet même aux plus grands gabarits de rouler avec la visière relevée, sans turbulences. La protection des mains ou des jambes reste très honnête. C'est le meilleur compromis du comparatif en la matière.
 Harley-Davidson Street Glide et Victory Cross Country partagent le même "moule" en matière d'habillage. La Victory Cross Country protège mieux l'équipage grâce à un tête de fourche large qui dévie davantage l'air au niveau des mains et génère moins de turbulences que sur la Harley-Davidson. Les jambes restent très exposées sur les deux Américaines.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Consommations moyennes relevées lors de l'essai
Harley-Davidson Street Glide : 7,7 l/100 km
Honda F6B : 7,2 l/100 km
Moto Guzzi California Touring : 8,6 l/100 km
Victory Cross Country : 6 l/100 km
Plusieurs remarques s'imposent. Dans l'ordre, notre Harley-Davidson Street Glide d'emprunt accusait moins de 1 000 km et elle nécessiterait donc de sortir du rodage pour voir sa consommation baisser. D'autant plus vrai qu'en configuration Stage 1 (très courant selon le réseau), elle abaissera sa température de fonctionnement et sa consommation moyenne dans le cadre d'un usage réel.
 La Honda F6B a présenté une consommation relativement stable entre 6,8 l/100 km et 7,7 l/100 km lors de notre essai. La Moto Guzzi California Touring a toujours réclamé plus d'essence que les autres, dépassant souvent les 8 l/100 km. La Victory Cross Country s'est montrée la plus sobre et a même réussi à descendre à moins de 6 l/100 km. Pas mal pour une armoire normande de 370 kg !
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Hauteur de selle / Encombrement
Harley-Davidson Street Glide (hauteur de selle : 715 mm, largeur vérifiée : 860 mm aux sacoches, 970 mm aux rétroviseurs) : Très facile d'accès, la Harley-Davidson Street Glide est très basse de selle, avec une ergonomie assez classique pour un custom. Elle apparaît pratiquement comme la plus fluette du lot, ce qui aide pour l'interfile.
Honda F6B (hauteur de selle : 725 mm), largeur vérifiée : 910 mm aux sacoches, 1 000 mm aux rétroviseurs) : La forme de la selle de la Honda la fait paraître encore plus basse que la Street Glide. Cela aide lors des manoeuvres. L'encombrement est l'un des plus importants en raison des rétroviseurs, larges et situés à la hauteur de ceux de nombreuses automobiles.
Moto Guzzi California Touring (hauteur de selle : 740 mm, largeur vérifiée : 1 020 mm aux sacoches, 1 006 mm aux rétroviseurs): La Moto Guzzi California Touring est moins accessible pour les petits gabarits que la Honda ou la H-D. Plus haute, d'assise plus large, elle nécessite de tendre un peu plus ses jambes. Reste que dès 1,65 m, on s'en sort sans problème. Côté encombrement, c'est davantage la largeur des sacoches qu'il faut avoir en tête.
Victory Cross Country (hauteur de selle : 667 mm, largeur vérifiée : 890 mm aux sacoches, 1 010 mm aux rétroviseurs) : Certes, sa selle est la plus basse du lot, mais sa forme ne permet pas de poser les pieds au sol mieux que sur la Harley-Davidson ou la Honda par exemple. En outre, l'ergonomie étrange du guidon de la Cross Country n'aide pas lors des manoeuvres. Côté encombrement, la Victory se montre très opulente, que ce soit au niveau de ses sacoches ou de son impressionnant carénage qui dissuade souvent en interfile.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Equipement / Fabrication
Harley-Davidson Street Glide :
Du chrome partout, de l'acier beaucoup, un style old school assumé et légitime. La finition est à l'américaine avec des peintures profondes mais une visserie souvent sans finesse.
• De série : tableau de bord complet, même si le thermomètre ambiant en °F n'est pas très parlant pour nous Français, radio AM/FM avec lecteur CD et MP3 avec prise auxiliaire, ABS, alarme par transpondeur intégrée dans le porte-clé, régulateur de vitesse, prise 12 V.
• Valises : ce sont les moins logeables du lot. Le capot s'ouvre et pivote par le côté, cela évite de perdre des objets si elles s'ouvrent en roulant. Les valises de la Street Glide sont étanches et se verrouillent avec la clé de contact de la moto. L'ensemble s'annonce robuste, même si elles ne sont pas aussi protégées que sur la Moto Guzzi par exemple.
• Détails plus : la clé unique qui gère neiman, trappe à essence, fermeture des valises ; le transpondeur alarme qui permet de fonctionner comme une clé "mains libres" ; la butée de la béquille latérale sécurisée.
• Détails moins : l'embrayage dur, les leviers non réglables, le carter de transmission qui chauffe beaucoup le mollet.

Honda F6B :
Ambiance moderne et plus techno à bord de la Honda qui délaisse les chromes contre des plastiques bien ajustés. Le coloris noir ne possède comme alternative qu'un rouge moins joli.
• De série : tableau de bord complet, radio avec prise auxiliaire, ABS combiné, prise 12 V et prise intercom.
• Valises : héritage de la GL1800 Goldwing, les valises se montrent les plus logeables de toutes, avec la possibilité de ranger un casque. L'ouverture/fermeture se fait via des petites gâchettes et nécessite la clé de contact. Si l'un des capots est mal fermé, une alerte le signale à l'ordinateur de bord. Elles sont étanches.
• Détails plus : les vide-poches géniaux pour le ticket d'autoroute, une carte routière et autres menus ojets.
• Détails moins : plus de régulateur, plus de marche arrière !

Moto Guzzi California Touring :
Bel exercice néo rétro avec une finition remarquable et un style franchement réussi sur la Moto Guzzi California.
• De série : tableau de bord complet et original, freinage ABS, prise 12 V, régulateur de vitesse, trois cartographies moteur, anti patinage, feux longues portées.
• Valises : logeables, bien finies et protégées par un arceau, elles s'ouvrent vers le haut et peuvent laisser s'échapper des objets qui y ont pris place. Elles se ferment avec une clé annexe. Elles sont étanches.
• Détails plus : trois cartographies d'injection/allumage qui changent vraiment le caractère moteur, la seule aussi à disposer d'un antipatinage. Les feux additionnels longues portées
• Détails moins : la clé de contact différente de la clé nécessaire pour ouvrir les valises, l'alarme optionnelle non automatique qui nécessite de la désarmer ou armer à chaque arrêt.

Victory Cross Country :
Le style est original, sorte de Street Glide à la sauce moderne. Les matériaux et l'assemblage sont très sérieux.
• De série : tableau de bord complet et original avec un fond bleu et un lettrage qui se resserre au delà de 120 km/h. On peut choisir entre un affichage en mph ou km/h. ABS, régulateur de vitesse, radio AM/FM compatible iPod/MP3/iPhone.
• Valises : longues, plus logeables que celles de la Harley-Davidson, équivalentes à celles de la Moto Guzzi, en retrait des soutes de la Honda. Elles sont étanches.
• Détails plus : les marchepieds sont les plus logeables et permettent de placer vos pieds comme bon vous semble.
• Détails moins : les boutons de la radio trop petits à manipuler avec de gros gants, la forme étrange du guidon de prime abord, l'absence de sélecteur à double branche.
Revenir en haut Aller en bas
http://baladesmotards17.forumprod.com
Spencer99
Modérateur
Modérateur
avatar

Gémeaux Messages : 1034
Date de naissance : 26/05/1960
Date d'inscription : 27/05/2012
Age : 57
Localisation : Perpignan
Emploi/loisirs : plaquiste /moto, Aïkido

MessageSujet: Re: COMPARATIF BAGGER   Ven 21 Juin - 17:09

:lj:Merci pour ces infos...perso j'aime bien la F6B Honda mais la magie du 6 cylindres n'opère pas trop sur moi. Cependant pour avoir essayé une Gold 1800:GE:, c'est une très bonne machine sur tout les plans sauf sur celui de la sensation et de nos jours considérant la répression qui sévit sur nos routes en matière de vitesse:OO:, je préfère privilégier les sensations et avec Victory je ne suis pas déçu.
Revenir en haut Aller en bas
Victory-riders-34
Administrateur
avatar

Capricorne Messages : 1574
Date de naissance : 05/01/1958
Date d'inscription : 14/01/2012
Age : 59
Localisation : Hérault Gignac
Emploi/loisirs : Moto, Vélo, parapente,

MessageSujet: Re: COMPARATIF BAGGER   Ven 21 Juin - 18:06

Bon quoi dire après des commentaires journalistiques qui semblent à la fois justes mais aussi contradictoires ... pour ma part j'ai eu une gold 1500 ...pour le confort y a pas mieux ,et la poussée du 6 cylindres va très loin et très bien ...  

je sais que la 1800 est aussi au top , la F6B me plait énormément , mais comment peut on comparer un 6 cylindres avec des V2 ....un délire de journaliste ...et puis les seules à pouvoir juger ce sont les utilisateurs , non pas d'un jour ...mais comme certains comme byby qui ont déjà plus de 20000 kms sans aucune frayeur , sans aucun à priori en montant sur la bécane ...

J'ai exactement et toujours le même plaisir qu'au 1er jour de mon essai qui ma amené à acheter ma VISION en moins de 1 heure !!! pourquoi une heure ,,, ? et bien parce que je n'ai  jamais eu autant de facilité à piloter un vaisseau aussi imposant ,le confort plus que respectable , un look qui m'a séduit au premier regard , et une heure parce que au bout de 60 minutes je savais que c'était cette moto et pas une autre .

j'ai essayé HD , kwa VN, BEURKKKK

  à VICTORY qui se démarque de tout ce qui est connu à ce jour .
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-victory-france.forumlanguedoc.com
Panpan17

avatar

Capricorne Messages : 252
Date de naissance : 17/01/1959
Date d'inscription : 21/06/2013
Age : 58
Localisation : royan 17
Emploi/loisirs : Directeur VillageVacances ! moto, informatique, peche et le reste!

MessageSujet: Re: COMPARATIF BAGGER   Ven 21 Juin - 18:28

 du meme avis

j ai essayé la goldwing 1800 !! tres confortable je l ai teste en duo c est le pied ! par contre ce qui est genant dessus c est l encombrement et le poid de la bete des que l on veut s arreter on ne pense plus qu a une chose c est de ne pas tomber !

j ai essaye la cross road et la country tour et on a pas cette sensation !!

et pour moi ca aussi en peu de temps on a l impression de la connaitre  !

merci a victory !

Revenir en haut Aller en bas
http://baladesmotards17.forumprod.com
Spencer99
Modérateur
Modérateur
avatar

Gémeaux Messages : 1034
Date de naissance : 26/05/1960
Date d'inscription : 27/05/2012
Age : 57
Localisation : Perpignan
Emploi/loisirs : plaquiste /moto, Aïkido

MessageSujet: Re: COMPARATIF BAGGER   Sam 22 Juin - 10:03

pour moi pareil

Quand j'ai essayé la Vision quand je l'ai rendu j'ai dit ...." j'veux çaaaaaaaaaaaaaaa !!! Hummmmmmmmmmmmm!!"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: COMPARATIF BAGGER   Dim 23 Juin - 14:35

J'ai eu une vision, maintenant j'ai une Victory

JE SORS OK
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: COMPARATIF BAGGER   

Revenir en haut Aller en bas
 
COMPARATIF BAGGER
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Comparatif] Citroën C6 VS Volvo S80
» Test comparatif Go pro HD et Contour
» COMPARATIF 750 MR2661 GPZX, GSXEF, XJ, CBX
» Comparatif d'arc annuel -> Bowsite
» [Comparatif] pneumatiques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Victory Riders France Hérault :: Les news de la presse-
Sauter vers: